Le recyclage des téléphones portables posait depuis lontemps un problème : comme les utilisateurs en changent souvent une fois par an, on se doit de se demander ce qu'il font alors de l'ancien. J'en parlais déjà lors d'un de mes premiers articles avec le téléphone qui se change en fleur (idée géniale !!!)(http://assezparleagis.canalblog.com/archives/matieres_premieres_biodegradables/index.html)

L'article que je présente ici vient de Novethic (encore !!!). Il m'apprend (je ne le savais pas) que depuis le 20 juillet 2005 l'emmetteur de portable a l'obligation de le recycler, c'est super ! Voici un extrait de l'article :

Quand ils se transforment en déchets, les appareils comme les téléphones mobiles nécessitent des traitements particuliers. Une directive européenne sur les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) impose, depuis le 13 août 2005 aux constructeurs d'en assurer la collecte, le tri et le traitement. Selon le décret n°2005-829 du 20 juillet 2005 publié le 22 juillet 2005, transposant les directives 2002/95/CE et 2002/96/CE relatives à la limitation des substances dangereuses et à l'élimination des déchets d'équipements électriques et électroniques : « Le principe de responsabilité du producteur s'applique pour la gestion de la fin de vie de tous les appareils mis sur le marché à compter du 13 août 2005, la gestion des déchets historiques (c’est-à-dire provenant d'équipements mis sur le marché avant cette date) restant de la responsabilité des utilisateurs. »

[...]

Les solutions pour recycler :
En fonction de l’ancienneté et de l’état de l’appareil, Fonebak envisage plusieurs solutions :
- Le reconditionnement : les téléphones et les accessoires en bon état et qui ne demandent que de petites réparations sont testés et re-conditionnés avant leur revente, en occasion, sur des marchés à faible pouvoir d'achat.
- Le réemploi : certains composants sont récupérés sur des équipements endommagés, comme pièces de rechange.
- Le recyclage : les appareils les plus anciens ou qui sont le plus sérieusement endommagés sont envoyés en recyclage pour réutilisation des matières premières qu’ils contiennent.
- L’élimination : moins de 1% du volume collecté et traité est éliminé vers les décharges. Certaines matières sont incinérées pour la production d'énergie au plan local.
« Les bénéfices tirés du traitement de ces déchets est supérieur au coût logistique", explique Jean-Lionel Laccourreye, président de Fonebak France."Les entreprises les convertissent en avantage client ou le donnent à des associations caritative ». Néanmoins, aucun opérateur ne communique sur ces initiatives, alors que ce type d’action favorable au développement durable est souvent mis en avant. « Les opérateurs s’investissent a minima », admet Jean-Lionel Laccourreye. Peut-être pour éviter de raviver le débat sur la dangerosité des téléphones portables.

Si vous voulez lire l'article : http://www.novethic.fr/novethic/site/article/index.jsp?id=95601

Et n'oubliez pas donc : le portable est recyclable maintenant ! Ne le jetez pas !!!

amandina